L’embryologie ou le processus de gestation vu par la Haqiqa

fötus islam gestation L’embryologie ou le processus de gestation vu par la Haqiqa

Les théories scientifiques sur l’embryologie sont très différentes de celles développées par la haqiqa sur ce sujet. Nous allons vous détailler dans cet exposé, le processus de procréation du début de la gestation jusqu’à la naissance de l’enfant.

De la formation de l’embryon à la constitution du fœtus

Au moment où la femme reçoit la goutte de sperme, Dieu détermine le sexe de l’enfant. IL envoie deux anges qui se relaient par période de 12 heures en récitant « bismilahi » sans répit. Cela se passe ainsi jusqu’à ce que la goutte de sperme devienne un caillot de sang. A partir de ce moment, deux autres anges viennent remplacer les deux premiers et récitent à leur tour Arrahman, en respectant le même créneau horaire que les précédents. Quand la chair commence à se former, deux autres anges sont affectés à la récitation de « Arrahim ».

C’est ainsi que l’enfant à naître est façonné à partir de la « Basmala ».  Nous pouvons ainsi dire que la basmalah fait partie intégrante de l’êvolution de l’être humain. C’est pour cela qu’avant de procéder à quelque acte que ce soit, il faut toujours dire « bismilahi arrahmani arrahimi ». C’est aussi pour cette raison que le grand pôle secoureur insiste sur le fait de commencer par la « basmala » lorsque nous récitons la fatiha ou sourate de l’ouverture, dans la prière.

Dès que l’embryon est à l’étape de caillot de sang, deux anges viennent tous les soirs réciter le nom « Ya Salam » . Ce nom sacré permet la sécrétion du liquide amniotique. Ce liquide protège le fœtus des chocs, des variations de températures par rapport à l’alimentation de la mère.

Au moment de la formation des tissus osseux, deux anges arrivent avec le nom de « Al Qaliqu » pour une période de 12 heures chacun.

Dans le cadre d’une grossesse conçue en dehors des liens sacrés du mariage, seuls les anges récitant le nom, « Ya Salamou » interviennent.

L’absence de participation des anges cités plus haut fera que cet enfant naturel naîtra avec un déficit de lumières, que seul le zikr initié par le grand pôle secoureur pourra combler.

Le liquide amniotique se forme progressivement avec le zikr du nom de Dieu « Ya Salamou » par les anges. Il peut être considéré dans la haqiqa comme des voiles couvrant l’enfant afin de le protéger des agressions extérieures. Ce nom signifie la paix.

Procédure classique : l’enfant couvert par un seul voile

Dans les cas les plus fréquents, un seul voile couvre l’enfant c’est celui du nom « Ya salamou ». Que l’on soit musulman, juif, chrétien ou athée, le zikr de ce nom par les anges est commun à tous les êtres humains.  Ce qui explique que dans Allamoul Arwah toutes les ames avait répondu balla Quand le bon Dieu a  posé la question Alastou bi rabikooum.

alamoul arwah est ce monde où résidaient toutes les âmes créées par Dieu

A trois mois de la naissance, l’enfant commence à son tour à faire le zikr du nom avec lequel il est couvert. S’il est uniquement couvert du nom de « Ya salamou », il commencera à le réciter 500 fois le matin, 500 fois le soir en compagnie des anges affectés à cette mission.

Procédure spéciale : l’enfant couvert par plusieurs voiles

Dans les cas spécifiques, plusieurs voiles peuvent recouvrir un enfant, d’où la quantité du liquide amniotique l’entourant.Plus les voiles sont noubreux plus la quantité amniotique entourant l’enfant est importante. Ces voiles peuvent aller jusqu’à 99 pour un fœtus et, chaque voile représente un nom de Dieu de Allahou à Zabour. Un tel enfant aura un don de Dieu à la naissance. Il arrive aussi qu’un enfant soit enveloppé par les 100 noms de Dieu dont le Hismoulahil Ahzam. Cet enfant sera forcément un saint lorsqu’il naîtra. 

Ces enfants commencent à faire leur zikr dès le début de leur formation, quand ils n’étaient que caillot de sang. Ils peuvent réciter soit Allahou, Ar rahman, Ar rahim ou un autre nom choisi par Dieu. Dans le ventre de la mère et à ce stade de la gestation, il ne leur est permis que de faire le zikr que de 3 noms : « As salam, la basmala ou la ilaha ilalah ». Et cela a aura un effet lors de l’accouchement. Pour l’enfant qui fait le zikr de la basmala l’accouchement se fera sans problème en revanche pour l’enfant celui qui fait le zikr du 100ème nom, le Ismoulahil Ahzam ou la ilaha ilala, sa mère aura plus de difficultés lors de l’accouchement.

L’impact du zikr des enfants sur l’évolution de la grossesse

Nous allons vous donner quelques exemples de noms et vous expliquer l’effet que cela peut avoir sur l’enfant entre le 6ème et le dernier mois de grossesse.

Lorsque l’enfant pratique le zikr, quelque soit le nom qu’il utilise, il arrive qu’il entre dans un état de transe mystique, il commence alors à bouger dans le ventre de sa mère.

Les enfants qui font le zikr du nom Albatin sont généralement des mort-nés. Et les anges qui viennent tous les soirs pour faire le zikr de « Ya salamou » ne viennent pas de Alamul Malakout (monde des anges) mais plutôt de barzakh. Et, ces enfanst seront plus proche de Barzakh que du monde chahada.

Ausi, Un enfant qui fait le zikr de plusieurs noms de Dieu, peut en atteignant le 70ème, provoquer un avortement. Il y a aussi un nom qui peut provoquer l’avortement il s’agit de Al Muntaqimu. Si Dieu swt dans son organisation estime que cette grossesse n’arrivera pas à son terme, l’enfant fera obligatoirement le zikr de ce nom.

Le rôle des encadreurs mystiques

Les encadreurs mystiques, qui accompagnent l’enfant tout au long du processus, de gestation et même après sa naissance, ont une solution par rapport à ces phénomènes d’avortement, ils peuvent réciter ou conseiller qu’on récite 1000 « Ya Barrou » et souffler sur le ventre de la mère pour éviter les avortements. Ce nom est capable de bloquer l’arrivée du nom « Al Muntaqimu », et réguleer le zikr des 70 noms fait par l’enfant pour le ramener à 69.

Pendant la grossesse il se passe donc des choses extraordinaires dans le ventre de la mère, alors que l’entourage de la personne ne le soupçonne même pas. La femme elle-même ne peut imaginer l’organisation mystique qui se déroule à l’intérieur de son ventre.

La naissance

Pour les enfants qui ne seront pas musulmans, ou ceux qui ne seront pas prédisposés à devenir croyants, les anges les accompagnent néanmoins à la naissance. Pendant 7 jours, Ils réciteront avec eux la basmala 3 fois dans la journée, le matin, en milieu de journée et le soir.

Lorsque l’enfant doit être musulman, les encadreurs mystiques lui feront réciter 70 fois la basmala pendant 7 jours après le naissance et dans ce cas il n’y a pas d’heure fixe. Ils peuvent venir à tout moment.

Pour parler de façon métaphorique, l’enfant est comparable à une bande d’enregistrement dans laquelle sont consignées tous les zikrs qu’il a pu réaliser lorsqu’il était dans le ventre de sa mère. Elle est laissée aux bons soins des parents chargés de préserver le contenu et de parfaire l’éducation de cet enfant.

 Le jour du baptême, tout ce qui s’y fait risque de modifier le contenu de la bande. Si pendant la cérémonie, des versets du coran sont psalmodiés ou des causeries religieuses diffusées l’enfant a des chances de maintenir sa lumière et de l’accroître en grandissant. Si au contraire, ses parents ont opté pour la musique, en ce jour si important, la lumière accumulée lors de grossesse s’éteindra progressivement, à moins que les encadreurs mystiques ne reviennent à un moment donné de la vie de l’enfant pour le prendre en charge jusqu’au moment où ils le confieront à un maître mystique. L’environnement familial peut dans certains cas bloquer le processus d’évolution spirituel de l’enfant.

Mais ceux qui avaient pour zikr dans le ventre de leur mère, la Basmala et le ismoulahil ahzam seront toujours suivi après la naissance par les encadreurs mystiques. Même si l’enfant est né dans une famille non croyante, ils peuvent le récupérer et le mettre dans un environnement propice à son développement spirituel.

C’est ainsi que se déroule le processus d’évolution de l’enfant durant la grossesse et après la naissance. Il ne faut pas s’étonner de voir certains enfants pleurer la nuit, car ils ont été sevrés de ce zikr qu’ils avaient l’habitude de pratiquer la nuit? avec les anges depuis leur conception jusqu’aux jours qui ont suivi leur naissance.

Toutes ces révélationS sont issues de l’enseignement de notre cheikh et guide SEYDI MOUHAMED EL CHEIKH.

Nous vous remercions de votre écoute ;

Assalamou Aleykoum Wa Rahmatoulahi Tahala wa barakatouhoo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *